Actualités

Retourner à l’accueil du site du conseil régional de Lorraine

Actualités

Le 14/06/2013

Des matériaux "verts" pour des procédés et des énergies propres

Le projet "Matériaux alvéolaires d'origine naturelle pour l'énergie et l'environnement" consiste à développer des matériaux dérivés du tannin pour stocker ou produire de l'énergie, piéger des polluants, isoler ou permettre l'échange de chaleur, alléger les structures, absorber le son ou les impacts.

 

 

"Polyphénols d'origine végétale, les tannins constituent une matière première écologique, abondante, renouvelable, bon marché et encore peu connue " explique Alain Celzard, enseignant-chercheur à l'Université de Lorraine. Leur étude est au cœur du projet "Matériaux alvéolaires d'origine naturelle pour l'énergie et l'environnement" développé par l'Institut Jean Lamour et le Laboratoire d'études et de recherche sur le matériau bois (LERMAB), notamment l'équipe de physico-chimie et polymères du professeur Antonio Pizzi. Ce projet a reçu en 2012 le "Prix des techniques innovantes pour l'environnement" décerné par l'ADEME et Pollutec ainsi que le prix "German High Tech Champions - Développement Durable*". Il souligne le fort potentiel de diversification des tannins.

 
Des applications multiples
 

Légers et aussi résistants que les mousses rigides d'origine pétrochimique, ces nouveaux matériaux ont une conductivité thermique comparable à celle du polystyrène extrudé ou expansé, pour un coût de revient environ quinze fois plus faible. En outre, ils montrent une résistance exceptionnelle au feu. Ces propriétés permettent d'envisager toutes sortes d'applications, dont en premier lieu leur utilisation pour l'isolation thermique ou phonique. Ils peuvent également être utilisés pour l'absorption d'impact, la conception de panneaux sandwichs structuraux et légers (notamment dans le secteur du transport), la fabrication de filtres pour l'air ou l'eau, ainsi que pour la catalyse enzymatique supportée et l'absorption de polluants. Sous leur forme carbonée, ils peuvent être utilisés pour filtrer des fluides corrosifs chauds et même des métaux fondus, pour le piégeage de métaux lourds, la désalinisation d'eaux saumâtres, la fabrication de piles à combustibles microbiennes, ou encore le stockage saisonnier d'énergie thermique.

 
Une source de profits
 

Enfin, l'extraction du tannin est en elle-même écologique et génératrice d'emplois sur le territoire français. Ainsi, le pin maritime contient jusqu'à 15 % en masse de matière sèche de tannin dans ses écorces. C'est également une source de profits puisque les écorces sont aujourd'hui directement brûlées pour récupérer de l'énergie, alors que leur extraction préalable donnerait non seulement un tannin hautement valorisable mais aussi des écorces qui brûleraient mieux. Les tannins apparaissent donc aujourd'hui comme des ressources à fort potentiel de valorisation dans la préparation de matériaux à destination des plus hautes technologies.

 

* Décerné par l'organisme allemand Fraunhofer, ce prix récompense des travaux de recherche appliquée dans le domaine du bâtiment durable.

 
    LERMAB : Laboratoire d'Etudes et de la Recherche sur le MAtériau Bois
Le Lermab est un laboratoire de l'Université de Lorraine rattaché à l'INRA sous le statut d'unité sous contrat (USC). Il étudie le bois en tant que matériau, source d'énergie et matière première pour l'industrie chimique. Pour ce faire, le laboratoire regroupe des compétences en biologie, chimie, génie des procédés, physique, mécanique et génie civil.
 

 

Lire aussi
L'Université de Lorraine entre dans le prestigieux classement des "Highly Cited Researchers"